President Emmanuel Macron

Discours d’Emmanuel Macron du 25 avril : les mesures qui impactent vos finances et votre patrimoine

Article écrit le 30/04/2019

Dans son discours du 25 avril, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures en réponse à la crise des gilets jaunes. Impôts, niches fiscales, ISF, primes, retraites … les mesures qui impactent l’épargne et le patrimoine.

BAISSE IMPOT SUR LE REVENU

Lors de son discours télévisé, Emmanuel Macron a annoncé une baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu. Le montant total de l’impôt sur le revenu payé par les contribuables s’élève aujourd’hui à environ 70 milliards d’euros. Cela correspond donc à une baisse de 7%.

A l’heure actuelle, l’impôt sur le revenu est payé par 16,8 millions de foyers fiscaux, sur un total de 38,3 millions. Il existe cinq tranches d’imposition progressives (fraction du revenu imposable pour une part) :

  • 0% (moins de 9 964 €)
  • 14% (de 9 964 € à 27 519 €)
  • 30% (de 27 519 € à 73 779 €)
  • 41% (de 73 779 € à 156 244 €)
  • 45% (plus de 156 244 €)

 

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, et le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin se sont exprimés sur RTL et LCI et ont donné des détails concernant cette baisse.

Le ministre des Finances souhaite « adoucir l’entrée dans l’impôt sur le revenu » qu’il juge actuellement « trop brutale » et « dissuasive » notamment pour les personnes qui reprennent un travail. Il souhaite que la réduction d’impôts se concentre « essentiellement » sur la première tranche, « celle à 14% de l’impôt sur le revenu », et que « tous ceux qui appartiennent à la deuxième tranche, celle qui est à 30%, puissent également être concernés ».

Près de 15 millions de foyers fiscaux pourraient bénéficier de cette baisse d’impôt. Gérald Darmanin a indiqué qu’elle serait concentrée sur les « classes moyennes ». Il a évoqué une réduction d’environ 10% pour les contribuables concernés. Les « plus riches » n’en bénéficieraient pas. « Il appartiendra au Parlement de fixer le montant à partir duquel on fera cette baisse d’impôt », a-t-il précisé.

De son côté, Bruno Le Maire a précisé sur France 2 que  » l’objectif, c’est que les 12 millions de foyers fiscaux qui sont dans la tranche à 14% puissent avoir une baisse moyenne d’impôt sur le revenu de l’ordre de 350 euros. ». Mais « il faut également » que les contribuables situés dans la tranche à 30% « puissent bénéficier de cette baisse, pour un gain moyen de 180 euros ».

La baisse de l’impôt sur le revenu pourrait s’appliquer dès le mois de janvier 2020. « Le Premier ministre et moi-même ainsi que Bruno Le Maire allons soumettre au parlement en octobre une loi de finances, qui prévoira une baisse de l’impôt sur le revenu », a indiqué Gérald Darmanin.

NICHES FISCALES

Emmanuel Macron envisage de financer la baisse de l’impôt sur le revenu par la suppression de niches fiscales qui bénéficient aux entreprises : « j’ai demandé au gouvernement la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises » a-t-il déclaré. « Comme nous baissons l’impôt sur les sociétés à 25% d’ici la fin du quinquennat, certaines niches d’ici là pourront être supprimées » a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs affirmé que « les suppressions des niches ne concerneront pas les ménages ». Les niches favorisant l’emploi à domicile ne seront pas supprimées.

réforme de l’ISF

Emmanuel Macron a indiqué ne pas souhaiter revenir sur la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière). Pour le Président, il s’agit d’une réforme « pour encourager l’investissement en direction de l’économie réelle, de la recherche, des usines, de la production », une « réforme pour produire, pas une réforme pour les plus fortunés ».

Pour lui, « s’il n’y a pas d »investissement national, il n’y a pas d’économie. Ou alors, il y a une économie qui se vend aux investisseurs étrangers. »

Il s’est toutefois dit prêt à mener une évaluation et un éventuel réajustement : la réforme « sera évaluée en 2020. Et nous regarderons son efficacité. Si elle n’est pas efficace, nous la corrigerons. Si elle est trop large, qu’elle a des effets pervers, ils seront corrigés », a-t-il expliqué.

LA Prime EXCEPTIONNELLE DEFISCALISEE reconduite

Emmanuel Macron a annoncé la reconduction de la prime exceptionnelle défiscalisée (sans charges ni impôts) dont ont bénéficié deux millions de salariés en décembre 2018, pour un montant moyen de 450 euros. Exonérée d’impôt sur le revenu, de cotisations sociales patronales et salariales et de prélèvements sociaux, elle s’adressait à ceux dont la rémunération en 2018 était inférieure à 3 600 euros net. La prime sera reconduite « dans le cadre de l’intéressement des entreprises » et sera défiscalisée jusqu’à un montant de 1 000 euros par salarié.

RETRAITES

Le président a réaffirmé sa volonté de rebâtir un système de retraite “juste”, en créant un régime universel par points. Le projet de loi doit être présenté cet été.

Il a également a annoncé une ré-indexation des petites retraites (pensions inférieures à 2 000 euros) sur l’inflation, dès le 1er janvier 2020.

Il a indiqué ne pas vouloir revenir sur les 35 heures, ni supprimer un ou plusieurs jours fériés, mais vouloir allonger la durée de travail. Cela passera par une durée de cotisation retraite plus longue, afin d’avoir “ un système de décote qui incite à travailler davantage, mais sans forcer tout le monde », a-t-il déclaré.