Classement des pays les plus propices au business

Classement des pays les plus propices aux affaires : la France en 32ème position

Article écrit le 04/11/2018

Comme chaque année depuis 2002, la Banque Mondiale a publié le classement Doing Business qui permet de positionner 190 pays dans le monde en fonction de la facilité à y faire des affaires.

Le projet Doing Business examine les petites et moyennes entreprises nationales et mesure la réglementation qui leur est applicable tout au long de leur cycle de vie.

Il prend en compte plusieurs dimensions importantes de l’environnement réglementaire local tel que la réglementation de la création d’entreprise, des autorisations de construire, de l’électricité, de l’enregistrement des propriétés, de l’obtention d’un crédit, de la protection des investisseurs minoritaires, du paiement de taxes, du commerce transfrontalier, du respect des contrats et du règlement des cas d’insolvabilité, mais aussi les caractéristiques de la réglementation du marché du travail.

Top 10 des pays les plus propices aux affaires

 La Nouvelle-Zélande, Singapour et le Danemark sont les trois économies où il est le plus facile de faire du business. Ces trois pays conservent leur classement de l’année dernière. En revanche, les Etats-Unis, 8ièmeau classement cette année, ont perdu deux places.

Doing business – Les 10 premiers pays :

  • Nouvelle-Zélande
  • Singapour
  • Danemark
  • Hong Kong
  • République de Corée
  • Géorgie
  • Norvège
  • Etats-Unis
  • Royaume-Uni
  • Macédoine

 

La France n’arrive qu’en 32ièmeposition

La France fait partir des 20% de pays où il est le plus facile de faire des affaires, mais elle perd cette année une place au classement et n’arrive qu’en 32ièmeposition, juste derrière la Russie et loin derrière l’Allemagne (24ième).

La France obtient de mauvais scores sur le transfert de propriété, l’obtention d’un crédit, et le paiement des taxes et impôts, mais se rattrape sur sa capacité à faire du commerce transfrontalier et sur l’exécution des contrats.

Une note globale en légère amélioration

Sa note globale s’améliore légèrement par rapport à l’année dernière, passant de 76 sur 100 à 77 sur 100, cela en raison de plusieurs facteurs :

  • La France a simplifié l’accès à l’électricité en rationalisant le processus de demande et en réduisant le temps nécessaire aux travaux externes.
  • Elle a facilité l’enregistrement de la propriété en mettant en œuvre un système d’enregistrement électronique et en améliorant l’efficacité du cadastre.
  • Elle a rendu les impôts moins coûteux en diminuant le taux de l’impôt sur les sociétés, en augmentant le taux du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et en abaissant les taux de la contribution économique territoriale ainsi que des cotisations de sécurité sociale payées par les employeurs.
  • Elle a modifié son code du travail afin de modifier le montant des indemnités de licenciement pour les employés.
  • Elle a renforcé la protection des investisseurs minoritaires en augmentant la transparence des entreprises.
  • Elle a rendu le paiement des impôts moins coûteux en abaissant les taux de cotisation de sécurité sociale et de formation.

 

Maigre consolation : il reste plus facile de faire du business en France qu’au Portugal (34ème), aux Pays bas (36ème), en Suisse (38), en Chine (46ème) ou encore qu’en Italie (51ème).