Investir dans les bois et forets GFF

Le GFI : la SCPI des bois et forêts

Article écrit le 24/11/2019 – Par MINGZI – Crédit photo : Fotolia

Le GFI (Groupement forestier d’investissement) est un placement collectif qui permet aux épargnants d’accéder à l’investissement dans les bois et forêts. La société de gestion France Valley vient d’annoncer le lancement du premier GFI agréé par l’AMF (Autorité des marchés financiers).

Investir dans les bois et forêts

Investir dans les bois et forêts, qu’est ce que cela veut dire ? Tout d’abord, il s’agit d’une ressource que l’on trouve en abondance en France : la forêt couvre 30% du territoire national et représente 10% de la surface boisée européenne. La France possède la troisième surface forestière européenne. Par ailleurs, le bois est un matériau de plus en plus utilisé (énergie renouvelable, construction, décoration). Le secteur emploie 425 000 personnes (plus que le secteur automobile) dans plus de 60 000 entreprises.

L’investissement dans les bois et forêts est un bon outil de diversification de son patrimoine. Tout d’abord, il s’agit d’un placement déconnecté des marchés financiers et du marché immobilier. Ensuite, son rendement est régulier et stable dans le temps, de l’ordre de 1% et 3% par an, avec une prise de risque modérée, même si le risque de perte en capital existe (tempête, incendie, maladies). Depuis plus de 20 ans, le marché forestier est insensible aux crises économiques et financières. En 2018, le prix moyen d’un hectare de forêt a connu une nette hausse de +3,5%.

Le cycle d’exploitation des forêts est long. Il faut donc envisager l’investissement forestier sur 10 à 15 ans environ.

Enfin, l’État soutient activement le développement de la filière bois en proposant des avantages fiscaux.

Le groupement forestier

Investir dans les bois et forêts demande une certaine expertise qui n’est pas accessible à tous les épargnants. Il faut en effet savoir choisir le type de forêt, le bon emplacement, il faut s’occuper de l’exploitation puis vendre et distribuer le bois. Les groupements forestiers sont des dispositifs qui rendent possible l’investissement forestier pour un particulier. Plutôt qu’investir directement dans un domaine forestier, l’épargnant peut acquérir des parts de groupement forestier.

Acheter des parts revient à devenir propriétaire d’une partie du patrimoine forestier du groupement et permet de recevoir une quote-part des revenus issus de son exploitation. L’acquisition et l’exploitation des forêts sont déléguées à des professionnels : l’épargnant n’a pas à se soucier de la gestion de la forêt, souvent coûteuse et très contraignante.

Par ailleurs, le groupement forestier permet d’investir avec une mise de fonds limitée (le prix d’une part est de quelques milliers d’euros), de répartir son épargne sur différents types de forêts (géographie, essences) et donc de réduire les risques.

Le gfi : un fonctionnement proche de celui de la SCPI

Il existe deux types de groupements forestiers : le GFI (Groupement forestier d’investissement) et le GFF (Groupement foncier forestier). Le GFI se distingue du GFF car iI offre une meilleure liquidité des parts. En effet, avec le GFI, il n’y a plus de restriction en nombre d’investisseurs et en montant d’encours et le système d’achat/vente des parts est comparable à celui des SCPI (Société civile de placement immobilier). Ensuite, contrairement au GFF, en cas de faillite du groupement forestier, la responsabilité des associés du GFI est limitée à leur apport.

« Si les Groupements fonciers forestiers permettent déjà aux investisseurs de diversifier une partie de leurs actifs, commente Arnaud Filhol, directeur général de France Valley, ils ont quelques contraintes, comme leur taille qui limite la diversification et réduit la liquidité des parts. Avec le Visa de l’AMF, le GFI fait offre au public et la liquidité, sans être garantie, est facilitée puisqu’organisée comme celle des SCPI, avec le mécanisme de retrait-souscription. »

Le GFI, une fiscalité avantageuse

Réduction d’impôt sur le revenu

Acquérir des parts de GFI permet de bénéficier d’une réduction d’impôt. Il existe deux types de dispositifs, selon le type d’investissement effectué par la société de gestion du GFI :

– La loi DEFI : elle permet un réduction d’impôt sur le revenu égale à 18% du montant investi, dans la limite d’un investissement de 5 700 euros pour une personne seule et de 11 400 euros pour un couple. En contrepartie, il faut conserver les parts pendant 8 ans.

– La loi IR/PME : elle permet une réduction d’impôt de 18% du montant investi dans la limite de 50 000€ pour un célibataire et 100 000€ pour un couple. En contrepartie, il faut conserver les parts 5 ans et demi.

Exonération partielle d’impôt sur la fortune immobilière

Les parts de groupement forestier sont soumises à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), mais seulement à hauteur de 25% du patrimoine forestier, soit un abattement de 75% (en contrepartie d’une durée de blocage des parts). Dans certains cas, et notamment s’agissant des parts de Groupements Forestiers de France Valley, les parts échappent totalement à l’IFI.

Exonération partielle de droits de succession et de donation

L’investissement dans un groupement forestier permet de bénéficier d’un abattement de 75% sur les droits de donation et de succession (en contrepartie d’une durée de blocage des parts).