Louer ou ne pas louer sa résidence secondaire

Article écrit le 25/03/2017

La FNAIM a réalisé un sondage en partenariat avec l’Ifop pour comprendre les habitudes et les motifs qui poussent les propriétaires d’une résidence secondaire à la louer ou au contraire à la réserver à leur usage exclusif.

Louer sa résidence secondaire

Parmi les 400 propriétaires interrogés, 40% affirment louer leur résidence secondaire.

La principale raison est bien entendue financière. Il s’agit avant tout pour ces propriétaires de couvrir les charges d’entretien de leur bien (19%) ainsi que les évenuelles annuités d’emprunt immobilier contractées pour son acquisition (17%), voire de payer les vacances (17%). Leur motivation ne vas pas au-delà car les propriétaires ne sont pas dans une optique d’investissement immobilier locatif. Pour preuve, 62% des loueurs tire moins de 5 000 € de revenus annuels de la location.

En moyenne, le propriétaire d’une résidence secondaire la loue 21 semaines par an : la moitié d’entre eux loue régulièrement et l’autre moitié plus occasionnellemnt (moins de 10 semaines par an), essentiellement pendant les vacances scolaires. Selon l’étude, les propriétaires indiquent ne pas louer plus régulièrement leur bien parce qu’ils n’ont pas assez de clients, ou bien parce qu’ils jugent les contraintes fiscales trop pénalisantes, ou encore parce qu’ils ne sont pas sur place et ne font pas confiance aux intermédiaires.

Internet et les sites de location ou d’annonce en ligne ont permis de développer ce marché : 52% des personnes qui louent leur résidence secondaire passent par une plateforme internet, notamment par Le Bon Coin (35%), Airbnb (20%) ou Abritel (14%). Les loueurs sont ravis de ce choix puisque 92% sont très satisfaits.
L’autre moitié des loueurs passe par son réseau d’amis (36%), par une agence immobilière (25%), par un site personnel (5%) ou encore par un office de tourisme (5%).

Ne pas louer sa résidence secondaire

Parmi les 400 propriétaires interrogés, 60% ne louent pas leur résidence secondaire.

Ces derniers souhaitent rester les utilisateurs exclusifs de leur bien (57%) ou craignent sa détérioration (42%). N’étant pas sur place, ils évoquent aussi le manque de confiance face aux intermédiaires (26%) ou bien encore trouver cela trop compliqué à mettre en place (19%). Néanmoins, s’ils disposaient d’une personne de confiance sur place, 39% des propriétaires pourraient changer d’avis et mettre leur bien en location.

Pour un quart des propriétaires (26%), la mise en location de leur bien n’est définitivement pas envisageable.

À lire aussi …

Toute l’actualité utile pour votre patrimoine